-A +A

Moments d'histoire - Sainte-Foy-La-Grande Bastide du XIIIème siècle

La plus ancienne des bastides de Girondes a été fondée en 1255 par Alphonse de Poitiers, Comte de Toulouse en paréage avec l'Abbaye Sainte-Foy-de-Conques. Prospère grâce au commerce du vin, ville protestante, elle dispose toujours de sa place entourée de ses couverts. Ses maisons anciennes - maisons en pierre du XIIIème siècle, maisons de notable en pierre et à pans de bois sculptés du XVIème siècle, ses maisons bourgeoises des XVIIème et XVIIIème siècles sont particulièrement remarquables."Porte du Périgord", Sainte-Foy-La-Grande est située à l'extrémité orientale de la Gironde.

Elle a toujours occupé une position particulière, à la frontière entre le Périgord et l'Agenais, tant sur le plan historique et religieux, que géographique et administratif. L'une des plus petites communes de France s'étend sur 51 hectares !

 

Quelques éléments sur l'histoire des origines à la fin de l'ancien régime

C'est Alphonse de Poitiers, frère de Saint-Louis, qui est à l'origine de la fondation de la ville de Sainte-Foy-La-Grande en 1255. Dès l'année 1256, il accorde à ses habitants des coutumes. La bastide est créée sur un territoire presque vierge de toute construction antérieure à cette fin du XIIIème siècle. On sait toutefois que l'abbaye de Conques avait fondé en 812 un établissement religieux sur l'emplacement de la bastide de Sainte-Foy, qui faisait partie du diocède d'Agen, ne tarde pas à rentrer dans le giron des anglais.

En 1326, on accorde aux Consuls le droit de fortifier la ville.

 

En 1377, le duc d'Anjou,après avoir pris Bergerac, se rend devant Sainte-Foy. La garnison, peu nombreuse, malgré ses fortes murailles, se rend en vingt quatre heures. La ville est pillée. Les français gardent peu longtemps leurs conquêtes. Dès lors, jusqu'au milieu du XVème siècle, Sainte-Foy coule une vie paisible, fidèle au roi d'Angleterre. En 1450, les Français assiègent la ville. Après la prise de Castillon, elle se range au côté du roi de France qui confirme ses anciens privilèges. En 1498, les coutumes de la ville sont confirmées.

Les habitants de Sainte-Foy ne prennent pas part à la révolte de la gabelle mais les ministres de la Religion Réformée trouvent en eux de chauds partisans. Dès 1571, le Protestantisme s'implante à Sainte-Foy-La-Grande et cette ville devient l'une des places fortes protestantes de l'Agenais. Commencent alors les persécutions du Parlement contre les prédicateurs. En 1561, les Réformés détruisent le couvent des Cordeliers en tuant les religieux. Les guerres de religion dureront plusieurs années.

Une ville prospère

Dès le Moyen-Age, Sainte-Foy-La-Grande bénéficie de la prospérité grâce au commerce du vin qui a pour théâtre son port, situé à l'écart de la ville. Sous la domination anglaise, les vins sont expédiés sur des gabarres vers Libourne ou Blaye pour être embarqués sur les navires de haute mer à destination des îles britanniques. Les vins de Sainte-Foy-La-Grande sont exportés vers la Hollande après la révocation de l'Edit de Nantes. De nombreux protestants de la région ont alors choisi l'exil vers ce pays.

Des activités liées à la principale production locale, l'exploitation de la vigne, sont très importantes : tonneliers et charpentiers de la marine installent leurs ateliers le long de la rivière. A cette époque aussi, le transport fluvial des blés et froments du pays participe aussi à la richesse de Sainte-Foy.

 

Les hommes célèbres

Sainte-Foy-La-Grande n'est pas seulement célèbre pour son patrimoine bâti, elle l'est aussi par des personnages illustres, qui y sont nés et vécus tout au long du XIX siècle et au début du XXème siècle.

  • des médecins : Louis Pierre GRATIOLET (1815-1865) et Paul BROCA (1824-1880).
  • Elisée RECLUS (1830-1905), issu d'une famille protestante de 14 enfants. Géographe et théoricien de  l'anarchisme.
  • Onésime et Armand RECLUS qui s'est distingué par ses études concernant le canal de Panama.
  • Elie FAURE (1873-1937), auteur d'une célèbre Histoire de l'Art en quatre volumes.

 

A Saint-Seurin de Prats, visitez l'exposition Elie Faure, écrivain, essayiste et historien de l’art. A proximité de sa maison, le square Elie Faure propose une installation artistique originale du Musée virtuel de la pensée. 
 
Le Musée virtuel de la pensée, créé par l'association Coeur de Bastide en partenariat avec l’Institut Culturel Google et avec le soutien de la Région Aquitaine, met en valeur le patrimoine immatériel de Saint Seurin de Prats à travers l’écrivain Elie Faure. Né à Sainte Foy la Grande le 4 avril 1873, Elie Faure, s’installe à Saint Seurin de Prats en 1923. Sa passion, l’exploration de toutes les formes d’Art. Essayiste et historien de l’art, Elie Faure est parmi les premiers  à classer les œuvres ethniques relevant alors de l’ethnographie, dans le domaine de l’Art, tout comme il comprend et défend dans l’arrivée du cinéma la naissance d’un art nouveau. Régulièrement rééditée, son Histoire de l’Art est toujours une référence.
 
Jetez de l’eau sur le haut du panneau de gauche, le portrait d’Elie Faure se dévoilera. "A la disparition de l’eau, l’apparition devient visage en mouvement puis ombre inconsistante jusqu’à sa totale disparition. Le dispositif échappe à tout contrôle humain sous l’action de la pluie, rosée ou brouillard. Entre visible et invisible, le spectre imprévisible nous revisite sans cesse."   Pascal Rey, artiste plasticien.
Visite de l'exposition Elie Faure : 
 

 

Exposition Michel de Montaigne :

 

Exposition d'Elisée Reclus :

OT du Pays Foyen - 102 rue de la République - 33220 Sainte-Foy-La-Grande - OT  Tél : 05.57.46.03.00 -  espace "TOURISME & VIN" Tél : 05.57.41.21.79